Visuel de l'album MoFi Miles Davis - Porgy and Bess (Numbered Edition 180g 45RPM Vinyl 2LP)

Vinyle MoFi - Miles Davis - Porgy and Bess (180 g. - 45RPM – 2LP)

Vinyle pressé par la société américaine MoFi
En attente de réapprovisionnement
72,00 €
TTC

 
S'il existe un résultat plus significatif, plus influent et plus durable d'un partenariat musical créatif que celui de Porgy and Bess de Miles Davis et Gil Evans, la société ne l'a pas encore vu. Il est impossible de surestimer l'importance de la collaboration de ces deux musiciens sur la mise à jour historique de 1959 de l'opéra de George Gershwin. Transcendant le genre, l'époque et le lieu, cette déclaration profonde voit Evans et Davis mettre en œuvre des approches modernes dans un contexte grand public et faire progresser les idiomes du jazz qui deviendront le fondement de l'ère classique de cette forme musicale.

Et c'est sans parler du jeu plein d'âme - des performances légendaires du premier grand quintet de Davis que l'on peut maintenant entendre dans les moindres détails.

Masterisé à partir des bandes originales et strictement limité à 3 000 exemplaires numérotés, Porgy and Bess atteint des degrés de clarté, d'ouverture, d'immédiateté et de profondeur jamais vus auparavant sur le SACD hybride de Mobile Fidelity. Ici, les arrangements se déploient au milieu de scènes sonores pratiquement illimitées et éclatent en images multidimensionnelles. La séparation entre les instruments vous permet de localiser les membres du groupe et de suivre le déclin des notes. Les passages solos emblématiques de Davis prennent des qualités de réalisme et de forme à la limite du surréel. L'ampleur magistrale de l'orchestre dirigé par Evans émerge avec des couleurs et des dynamiques qui remplissent la pièce.

Bien qu'il soit difficile d'identifier sa plus grande force, la réédition de Mobile Fidelity donne une crédibilité de référence à ce qui reste peut-être l'aspect le plus crucial de l'album : la tonalité. Basé non pas sur des accords mais sur des gammes et des sentiments, Porgy and Bess regorge d'émotions et de possibilités - des caractéristiques transmises par les nuances, le timbre et le tempérament de l'ensemble des cors, bois, basses et percussions impliqués. Qu'il s'agisse de la combinaison du tuba de Bill Barber à l'unisson avec la basse de Paul Chambers pendant «Buzzard Song», des envolées improvisées de Davis sur «It Ain't Necessarily So», ou du doublage des flûtes alto sur plusieurs compositions, jamais auparavant on n'avait ressenti une telle richesse, une telle rondeur et une telle perceptibilité.

De même qu'il est pratiquement impossible d'identifier les points forts sonores, il est tout aussi difficile de souligner les chansons qui présentent les échanges, les mélodies et les partitions les plus mémorables. L'adaptation de Porgy and Bess par Davis et Evans reste une pièce unique, une véritable référence américaine, un enregistrement qui s'est immédiatement distingué des multiples autres versions publiées à la même époque et qui continue à faire parler de lui des décennies après sa création, prenant place dans le corpus historique aux côtés des chefs-d'œuvre de Duke Ellington/Billy Strayhorn et Frank Sinatra/Nelson Riddle.

Défini par Jack Chambers, biographe de Davis, comme «une nouvelle partition, avec sa propre intégrité, son ordre et son action», Porgy and Bess a été identifié par presque tous les grands médias et experts comme un album incontournable. Le phrasé de Davis à lui seul confère à cet album un caractère génial. Comme l'expliquent Brian Cook et Richard Morton dans The Penguin Guide to Jazz : « 'Prayer' est un tour de force stupéfiant, harmoniquement suspendu, et avec le solo le plus extraordinairement enregistré à ce jour par Miles, ponctué de cris et de hurlements agonisants, qu'il s'agisse d'affirmation ou de souffrance, il n'est pas facile de juger. Miles n'était pas en bonne condition physique lors de la réalisation du disque, ce qui explique peut-être l'intensité tortueuse, les notes tordues et les liaisons qui semblent exprimer une certaine douleur intérieure.» Et puis il y a l'immortelle interprétation de «Summertime», incarnation du calme, de la sobriété et de la beauté.

À la fois doux et spirituel, sûr et stable, gracieux et exubérant, heureux et poignant, Porgy and Bess est une danse jazz phénoménale qui n'a jamais été égalée - et qui ne le sera probablement jamais. Écoutez-le tel que Davis, Evans et leur compagnie l'ont conçu.

- TRACKLIST -

1. The Buzzard Song
2. Bess, You Is My Woman Now
3. Gone
4. Gone, Gone, Gone
5. Summertime
6. Oh Bess, Where's My Bess?
7. Prayer (Oh Doctor Jesus)
8. Fisherman, Strawberry and Devil Crab
9. My Man's Gone Now
10. It Ain't Necessarily So
11. Here Come de Honey Man
12. I Wants to Stay Here (a.k.a. I Loves You, Porgy)
13. There's a Boat That's Leaving Soon for New York
MD-LMF485
No reviews
Product added to compare.

Ce site utilise Google Analytics. En poursuivant votre navigation, vous nous autorisez à déposer des cookies à des fins de mesure d'audience.